Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Myosotis Savoie Dauphiné

La Franc-Maçonnerie anglaise et Dieu - suite

8 Juillet 2015 , Rédigé par FeuDuSoleil

Il y a quelques semaines j'ai commis un article sur la Franc-Maçonnerie anglaise et Dieu, montrant que les documents officiels de la GLUA ne mentionnaient jamais Dieu, mais juste un Être Suprême. Ce manque de précisions dans les documents de la Mother Grand Lodge a toujours conduit, et conduit aujourd'hui encore, à des discussions interminables, et malheureusement à des interprétations erronées. Notamment des Basic Principles de 1929, et du fameux article sur le GADLU et sa volonté révélée, qui sont comme nous le verrons à prendre au pied de la lettre, et ne laissent que peu de place à l’interprétation.

Si ses documents officiels peuvent apparaitre flous, la GLUA a par contre fait quelques sorties pour bien préciser que l'Etre Suprême est Dieu, et qui plus est celui des religions révélées.

La première et plus célèbre de ces sorties date de 1885. Lorsque la GLUA décida de retirer sa reconnaissance au GO suite au fameux convent de 1877, le GO en prit ombrage et reprocha à la grande loge anglaise de l’accuser d'athéisme. La réponse de la GLUA, 8 ans plus tard ( !), fut alors sans équivoque :

"La Grande Loge d'Angleterre n'a jamais supposé que le Grand Orient ait voulu faire profession formelle d'athéisme ou de matérialisme ; mais la Grande Loge d'Angleterre soutient et a toujours soutenu que la croyance en Dieu est la première grande marque de toute vraie et authentique Maçonnerie, et qu'à défaut de cette croyance professée comme principe essentiel de son existence, aucune association n'est en droit de réclamer l'héritage des traditions et des pratiques de l'ancienne et pure Maçonnerie.

L'abandon de cette Landmark, dans l'opinion de la Grande Loge d'Angleterre, supprime la pierre fondamentale de tout l'édifice maçonnique ; et c'est pourquoi elle a vu avec un sincère regret que le Grand Orient de France a effacé de sa Constitution, par la modification réalisée en 1877, l'affirmation de l'existence de Dieu, et est arrivée, bien malgré elle, mais à l'unanimité, à cette conclusion que les relations fraternelles ayant si heureusement existé entre les deux Puissances maçonniques, ne pouvaient continuer plus longtemps".

Voilà qui est clair. Mais de quel Dieu parle-t-on ? Y-a-t-il pour la GLUA une totale liberté dans la conception de Dieu ?

Plus récemment, le 18 octobre 1950, la GLUA rompit ses relations avec la Grande Loge d’Uruguay dans les termes suivants :

"Tout homme sollicitant son entrée dans la Maçonnerie doit professer la croyance en l’existence d’un être suprême : Dieu invisible, spirituel et tout-puissant… Aucune tolérance n’est permise à l’égard de cette croyance, même au niveau le plus bas… La Maçonnerie n’est pas un mouvement philosophique, admettant toute orientation et opinion. La vraie Maçonnerie est un système de morale, un culte pour conserver et répandre la croyance en l’existence de Dieu pour aider (les Maçons) à régler leur vie et leur conduite sur leur propre religion quelle qu’elle soit mais ce doit être une religion monothéiste qui exige la croyance en Dieu comme être suprême, et ce doit être une religion ayant un livre sacré sur lequel l’initié puisse prêter serment à l’Ordre maçonnique. Aucun livre de la Loi morale ne peut être substitué au Livre de la religion… Le Credo est strict, étroit et absolument rigide".

Je le répète, tant cette déclaration est révélatrice : « La vraie Maçonnerie est (...) un culte pour conserver et répandre la croyance en l’existence de Dieu pour aider (les Maçons) à régler leur vie et leur conduite sur leur propre religion »

On comprend mieux pourquoi la FM dite « régulière », celle reconnue par la GLUA, est qualifiée de religieuse...

Aujourd’hui encore, le site web de la GLUA le clame : "Tous les francs-maçons sont censés avoir une croyance religieuse".

De même, les nombreux sites web des provinces et loges de la GLUA l'affirment : "Freemasonry requires a belief in God and its principles are common to many of the world's great religions. Freemasonry does not try to replace religion or substitute for it. Every candidate is exhorted to practise his religion and to regard its holy book as the unerring standard of truth". Traduction : "La Franc-maçonnerie exige la croyance en Dieu et ses principes sont communs à la plupart des grandes religions du monde. La franc-maçonnerie ne cherche pas à remplacer la religion ou à s'y substituer. Chaque candidat est exhorté à pratiquer sa religion et à considérer son livre saint comme la norme infaillible de la vérité"

Malgré des textes flous, il n’y a donc jamais eu aucune ambigüité de la part de la GLUA :

  1. Dans le texte de 1885, la croyance en Dieu est clairement présentée comme la « pierre fondamentale » de l’édifice maçonnique, un « principe essentiel » et la « première grande marque » de l’authentique maçonnerie.
  2. La lettre à la GL d’Uruguay précise que l’Etre Suprême est Dieu, et précise aussi de quel Dieu on parle : celui des religions monothéistes, possédant un livre saint par lequel Il s’est révélé aux hommes.
  3. Bien que se défendant d’être un substitut à la religion, la GLUA affirme que les principes de la FM sont communs à la plupart des grandes religions.

Tout cela ne laisse donc aucune place à l’interprétation des Basic Principles : pour la GLUA le GADLU est Dieu, LE Dieu révélé, celui d'une religion monothéiste qui possède un livre saint.

Qu’on se le dise une bonne fois pour toutes, la GLUA est théiste. Point. Il n'y a pas de liberté de conception de Dieu. Déistes, passez votre chemin, et plus encore si vous avez des orientations philosophiques. Il faut être re-li-gieux.

Pour vous en convaincre, allez donc voir l’article édifiant publié sur le blog de la GLNF, dans la ligne de la déclaration de la GLUA citée plus haut : « La Maçonnerie n’est pas un mouvement philosophique, admettant toute orientation et opinion ».

Universelle vous avez dit ?

Mais si le GADLU est Dieu révélé, s'agit-il du Dieu d'une religion/révélation en particulier ? Réponse dans la suite (et fin) de cette série d’articles sur la maçonnerie anglaise et Dieu.

Partager cet article

Commenter cet article