Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Myosotis Savoie Dauphiné

Lettre ouverte à propos de l'article de Diderot sur René Guénon

22 Juillet 2017 , Rédigé par Yves Morant

Lettre ouverte à l’animateur du blog « Myosotis Savoie Dauphiné »

Mon T.C.F,

Je tenais à te faire part après la lecture sur le site que tu animes d’un article signé Diderot et intitulé « l’équerre et le masque » de ma tristesse et de ma consternation, partagées me semble-t-il par de nombreux frères.

Tristesse de constater qu’un article comme celui-ci qui relève plus du pamphlet que de la critique constructive risque de décourager certains jeunes frères d’aborder l’œuvre difficile, mais combien enrichissante de René Guénon. Certes on peut avoir sur celle-ci et sur son auteur des avis différents, mais méconnaître systématiquement les éléments positifs apportés à travers elle à une meilleure compréhension de la Franc-Maçonnerie est très difficilement admissible de la part d’un maçon qui s’efforce de dépasser tout point de vue dualiste.

Ce dont il s’agit ici, en revanche c’est d’un procès instruit exclusivement à charge contre un auteur que des générations de maçons qui s’inscrivent dans une perspective traditionnelle et dont les noms vont de Jean Baylot, jean Tourniac (jean Granger) en passant par Bernard Guillemain et autres Jean-Pierre Berthelon ont commenté et dont ils se sont nourris pour affiner leurs « représentations du monde ». Et que dire de ces anonymes, catégorie dans laquelle je me range, qui ont découvert avec Guénon l’immense et irremplaçable richesse du symbolisme comme mode d’expression liée au cheminement initiatique.

Peut-on croire sérieusement que tous ceux qui ont fait de « symboles fondamentaux de la science sacrée » un livre de chevet sont inexorablement appelés à devenir des fascistes ou des néo nazis. Je sais bien que tout ce qui excessif est insignifiant, mais je ne peux pas non plus oublier l’adage « Calomnier, calomnier il en restera toujours quelque chose ». Certes René Guénon n’a pas besoin de moi pour se défendre, mais il est difficile de ne pas réagir à des propos comme celui-ci puisqu’il s’adresse à un certain nombre d’entre nous : « il est même bienséant aujourd’hui de prendre une posture “guénonienne” comme on était pompidolien (sic) en 70 ou pétainiste (sic) en 40 ». Comprenne qui pourra ! En tous cas mettre le président Georges Pompidou et Philippe Pétain sur le même plan est pour le moins inattendu et disons-le franchement parfaitement stupide. Certes ces propos ne sont pas de l’auteur de cet article, Diderot puisqu’il les emprunte à un tiers : A.R. Königstein et c’est cette référence à cet auteur qui suscite ma consternation, car qui est cet A.R. Königstein ?

A la lecture de trois sites

http://www.gouttelettes-de-rosee.ch/pages/a-r-konigstein.html (a noter, le grand intérêt des animateurs du site pour Aleister Crowley)

https://www.diogeneconsultants.com/

Alain Guyard — Wikipédia

on pourra faire mieux connaissance avec celui dont s’est largement inspiré le dénommé Diderot à savoir ; Alain Guyard qui utilise notamment les pseudonymes suivants A.R. Königstein, René Witzhard, un académicien sans académie (en toute simplicité) ou encore Lazare Vilain, et qui se définit lui-même comme un adepte du sous-commandant Marcos.

Le document dont s’est largement inspiré Diderot est un texte intitulé « L’erreur fasciste », truffé de contrevérités. À titre d’exemple René Guénon n’a jamais été membre de l’Action française. Il était certes ami de Léon Daudet, mais très éloigné de Maurras athée assumé. D’ailleurs dans son livre « Autorité spirituelle et pouvoir temporel » il prend implicitement parti pour le Vatican représentant à ses yeux de l’autorité sacerdotale contre le parti monarchiste représentant le pouvoir temporel.

Résumer, autre exemple, l’itinéraire maçonnique de Guénon à la fréquentation de l’ordre rénové du Temple (qui d’ailleurs ne revendiquait aucune qualité maçonnique) et à sa fréquentation de la RL Thébah de la Grande Loge de France témoigne d’une assez grande méconnaissance des rapports entretenus par René Guénon avec la Franc-maçonnerie. A ce sujet on lira avec profit les livres de Denys Roman ou Jean Reyor pour se faire une idée plus précise des véritables rapports entre René Guénon et la Franc-maçonnerie.

Je ne vais pas reprendre toutes les contrevérités et autres calomnies distillées dans ce brûlot, mais je voudrais néanmoins reconnaître une vertu à ce texte c’est de nous permettre de comprendre que René Guénon était bel et bien une grand initié, un Supérieur inconnu, sinon comment aurait-il pu être un agent de renseignements des nazis, des Anglais, des Égyptiens et pourquoi pas de l’Agartha… comme diraient les jeunes : Trop fort ce Guénon !

Yves Morant,

Auteur de « Vouloir et Oser » publié chez DERVY fin 2016

Lettre ouverte à propos de l'article de Diderot sur René Guénon

Partager cet article

Commenter cet article